mercredi 11 décembre 2013

Que Viva la Noche, Que viva l'amor ... J'ai vu ... #3


(Alors quand je fais des articles sur Cristina Cordula là il y a du monde par contre quand il s'agit de faire un article "plus sérieux" sur Modern Family là il n'y a plus personne, bande d'ingrats!).

Bon par contre, il y a une petite contradiction... Wendy est en bottes et Martine en chaussures ouvertes...
Qui a dit, "on s'en fout" ?

Qu'est ce que c'est que ce titre ? Vous allez vous dire, elle a craqué totalement la p'tite. Un peu oui. Mais pas tant que ça. Je vais vous parler d'un film. Ne partez pas de suite, je suis sûre que ça va parler à la plupart d'entre vous. Casse-Tête Chinois, le troisième rejeton de Klapisch (avec son personnage de Xavier j'entends).
 
Si vous êtes comme moi, vous faites probablement partie des gens qui ont kiffé L'Auberge Espagnole à 15 ans, en vous imaginant déjà chanter No Woman No Cry à 20 ans avec vos potes à Barcelone. Sauf que bon à 20 ans, vous vous êtes rendus compte qu'il y avait deux categories de personnes, celles qui avaient le courage de partir faire un Erasmus et celles qui préfèrent rester planquer dans leur petite bourgade natale. Vous faites inévitablement partie de la deuxième catégorie. En tout cas moi oui. Bref, je ne suis jamais partie en Erasmus nulle part (mais j'ai fait d'autres trucs chouettes hein ! Si si je vous jure ! ) mais j'ai toujours aimé L'Auberge Espagnole parce qu'il symbolise quand même terriblement bien ce foutu passage à "l'âge adulte" où on se rend compte que la personne qu'on aimait depuis quelques temps, avec laquelle on a grandi ne nous correspond plus vraiment (Martine), où on a envie de découvrir des gens, des choses (Barcelone, Judith Godrèche...) et où on a surtout envie de tout envoyer péter.
Pour ça la fin de L'Auberge Espagnole est juste merveilleuse. Ce moment où Xavier arrive sur son lieu de travail, qu'il est présenté à l'équipe et où finalement il se casse en courant. A chaque fois que je commence un nouveau stage / job, je pense à cette scène et je me dis que moi aussi je vais courir loin, très loin et tout envoyer péter, sauf que ma vie n'est pas un film de Klapisch et que j'aime bien manger autre chose que des pâtes dans la vie et donc j'ai besoin de sous parfois (oui je suis faible) (j'aime surtout m'acheter des rouges à lèvres oui). Xavier dans L'Auberge Espagnole fait tout ce que j'aurais aimé faire il y a de ça deux ou trois ans et notamment ce moment merveilleux où il hurle sur sa mere un bon gros "ta gueeeeeule" jouissif. JOUISSIF.
 
"Je dis... Pas de femmes, pas de pleurs... !"
Comment ça ce n'est pas la bonne traduction ?
 
A 15 ans, Xavier (R.Duris) était mon dieu, à 20 ans il l'était encore et maintenant à 24 ans, et bien je crois que je commence plus à me rapprocher du Xavier des Poupées Russes, de cette foutue époque où tes amis commencent à se marier, faire des gamins, acheter des maisons. Cette époque où quand tu prends une cuite tu mets 15 jours à t'en remettre et où tu as des cernes jusque par terre (kassdédi à mes potes de vendredi soir t'as vu). FORMIDABLE.
C'est aussi un moment où tu te connais de mieux en mieux, tu sais toujours pas trop quoi faire de ta vie mais tu te rends compte que premièrement c'est pour tout le monde pareil, deuxièmement que tu sais aussi ce que tu ne veux pas faire, tu commences à savoir dire non pour de vrai et ça c'est chouette. En amour t'es toujours autant largué mais tu as ce petit truc en toi qui te dit "ouais elle/lui, je passerais peut-être pas ma vie avec elle/lui mais je la/le kiffe et j'aimerais bien quand meme que ça dure un peu plus lgtps".
 
C'est chouette de grandir dans un film de Klapisch quand meme...
 
 
Bref, je commence à me rapprocher du Xavier des Poupées Russes mais j'y suis pas encore totalement voyez. Alors comprenez bien que pour moi Casse Tête Chinois c'est ... du chinois (uhuhuh je suis tellement drôle) (non).
C'est un film ultra sympa avec de vrais moments drôles mais il ne me parle pas vraiment. On sent Xavier plus assagi, plus calme, il me manque le petit grain de folie, le Xavier qui fait de la merde et qui se met tout le monde à dos. Puis c'est tout de meme assez prévisible comme film ... Même vachement prévisible. (SPOILE : On sent venir gros comme une maison qu'il va finir avec Martine et d'ailleurs c'est là qu'on voit toute la "sagesse" du personage qui au début voudrait quelque chose d'un peu plus foufou et qui finit par se rendre compte qu'en fait Martine bah elle est plutôt coolos et qu'en effet ils se connaissent par coeur et que finalement c'est plutôt un atout, choisir Martine c'est choisir une vie cool et sans prise de tête (meme s'il y a "le feu") et c'est sans doute ce que le Xavier de 40 ans préfère meme si moi du haut de mes 24 ans j'ai un peu de mal à comprendre ... ).
Par contre j'ai adoré certains passages, notamment quand Xavier se plaint que sa vie est un gros bordel (comme d'hab j'ai envie de dire) (et il n'a pas tort) (mais en même temps c'est lui aussi qui le veut bien que ce soit le bordel) et où la personne en face de lui lui répond "ouais bof", l'air de dire "hé mon gars c'est juste la vie qui veut ça" et c'est tellement ça et ça fait relativiser tellement de trucs d'entendre ça au cinéma. Puis le film dit des jolies choses sur la vie et l'amour, qu'un jour on arrête d'aimer, d'être heureux, qu'on doit se reconstruire, reconstruire quelque chose ailleurs (ou pas d'ailleurs) mais que c'est la vie, c'est comme ça et que c'est pas si grave.
 
Et voilà les enfants ont remplacé la bande de potes...
 
 
Certains moments n'apportent pas grand chose au film, du moins de mon point de vue de fille de 24 ans, notamment quand il rencontre le nouveau copain de son ex-femme, le coup des uniformes, mais je me doute que ça doit parler à des gens plus âgés qui ont déjà eu à vivre ce genre de situation...
Bref je le reverrai dans 10-15 ans en me disant "mais oui c'est ça", en attendant ça m'a quand même fait plaisir de retrouver la bande.

Je vais finir sur quelque chose de très superficiel et peut-être très nul mais Wendy est décidément TRES TRES CANON, cette meuf on ne la repère pas trop dans L'Auberge Espagnole, c'est l'anglaise un peu moche et pas forcément funky qui se révèle complètement dans les Poupées Russes et qui est au sommet de sa beauté dans Casse-Tête Chinois, vraiment, l'actrice (Kelly Reilly) est splendide. Je crois que je suis amoureuse. Allez on se fait plaisir et on termine avec des photos de Kelly (hihi).
 
Wendy dans l'Auberge Espagnole.
On sent le potential canonesque de la nana keumême.

 
Bon bah euh voilà quoi.
 
Euh voilà quoi. BIS
 
Je vendrais père et mère pour avoir le quart de sa beauté.
Sur ce je m'en vais crier ma rage dans un sac plastique.
 
 

2 commentaires:

  1. T'as oublié de dire que Cécile de France, elle est bonne dans les trois films, tout le temps.

    Et aussi, autant les potes qui se marient et qui achètent des maisons, je vois bien, mais alors t'as aussi des potes qui font des gosses? Merde! Qui ça?

    RépondreSupprimer
  2. C'est trop ça !
    Moi j'ai fait un Erasmus y'a 10 ans, maintenant j'ai deux enfants et 30 ans... et casse-tête chinois me parle ;)

    RépondreSupprimer