samedi 12 décembre 2015

Des élections et des chatons.




Je suis une électrice de gauche et ce dimanche je m'apprête à mettre un bulletin Xavier Bertrand dans l'urne. J'ai beau me dire qu'à défaut d'être le bon choix c'est sans doute le choix raisonnable, je n'y vais pas de gaieté de cœur.

Je viens d'une famille de gauche.
En 2007, j'ai eu 18 ans, c'était l'année de mon bac et l'année où j'ai pu voter pour la première fois de ma vie. Je me rappelle avoir mis du vernis rouge pour aller mettre mon bulletin dans l'urne. Pour Ségolène Royal bien sûr. Comme j'étais fière! C'était une femme, elle était de gauche et elle affrontait le redoutable Nicolas Sarkozy. Quand ce dernier est passé, je me souviens m'être dit que c'était un jour triste pour notre République. Encore aujourd'hui je pense que cet homme a fait beaucoup de mal à nos valeurs et à la France, en racolant sur les terres du FN, en faisant rêver les gens avec des solutions qui - et il le savait très bien - n'en étaient pas, en montant les gens les uns contre les autres, les français contre les étrangers, les pauvres contre les riches, les fonctionnaires contre les salariés (...), en se donnant la stature du héros qui allait changer les choses, alors qu'il n'était (qu'il n'est) qu'un agité avide de pouvoir. 
Puis pendant 5 ans, j'ai vu la droite perdre les élections, avec une grande joie. La vague rose était annoncée à chaque élection avec toujours deux constantes : l'abstention toujours plus forte, le FN qui monte, qui monte... 




En 2012, François Hollande a été élu. J'y ai cru, comme tout le monde, comme tous les socialistes. Puis j'ai vite déchanté. Parait-il que les moyens dans les écoles ont augmenté, parait-il que l'égalité homme / femme a progressé... Le mariage pour tous, voilà une belle mesure de ce quinquennat. Mais ce n'est pas suffisant. Pourtant il y avait tellement à faire. 
Puis Valls et Macron sont arrivés. Et là je n'ai pas compris. Je cherche toujours où est le gouvernement de gauche dans tout ça. Je n'ai clairement pas voté pour ça.  Ca s'est empiré avec l'état d'urgence, avec le gouvernement qui se sert de ce prétexte pour réduire nos libertés et nos droits.
Depuis quelques mois est venue la honte. La honte d'avoir voté pour eux, honte de mon pays, honte qu'ils osent encore se revendiquer "socialistes".

Si je résume donc la situation, j'ai 26 ans, je vote depuis 8 ans. J'ai toujours voté à gauche ou pour les écolo. Le PS que j'ai donc choisi de mettre au pouvoir en 2012 est aujourd'hui plus à droite que certains hommes politiques de droite. Ma région a voté Front National en masse dimanche dernier et comme beaucoup j'ai peur, alors je vais voter pour la droite, la droite sarkozyste, la droite dure, celle qui me donne envie de vomir.
Je suis perdue. Comme tous les jeunes de ma génération. 



Je suis fatiguée de voir toujours ces hommes politiques - de droite, comme de gauche - vieillissants, complètement déconnectés de la réalité, de ma réalité. Je suis fatiguée de les voir se battre pour grapiller un peu de pouvoir. 
Comment peuvent-ils être si avides de pouvoir qu'ils n'en ont plus rien à foutre de détruire tout un pays et de répandre la haine ? 
Le FN qui monte, l''abstention et les jeunes français qui se radicalisent et vont combattre pour DAESH, ce sont trois maux qui ont les mêmes causes : ce sentiment d'abandon, ce sentiment de ne plus être compris, représenté, ce climat de haine qui existe depuis des années. 
Je vis dans un milieu privilégié et je me sens complètement désabusé. Je n'imagine pas quand tu es né dans une cité ou à la campagne, que tu es enfant ou petit enfant d'immigré, que tu t'en prends plein la gueule dans la journée et qu'un vieux connard de 50 ans passé vient te dire de voter pour lui parce que ça va changer ta vie.




Ce monde est absurde. La course au fric permanente, la haine de l'autre en sont les maîtres mots.

Ce n'est pas ce que je souhaite pour notre monde, pour notre belle France, pour ma région.
On va encore me dire que ce n'est pas la réalité, que je suis "bisounours" mais je m'en fiche c'est ma réalité et elle me plait comme ça. 

Dans mon monde, les gens sont plus que tolérants, ils acceptent. L'ouverture d'esprit est le maître mot. Tu peux bien aimer qui tu veux, coucher avec qui tu veux, on s'en fiche. Tu peux vouloir devenir coiffeuse, artiste, haut fonctionnaire, juriste, avocat, créer ton entreprise, boulangère ou même être un peu paumé c'est pas bien grave, dans mon monde il y a de la place pour tout le monde, surtout pour ceux qui ne savent pas trop quoi faire de leur vie. Dans mon monde quand tu viens d'un pays en guerre, on t'accueille à bras ouverts et on te fait des câlins pour te réconforter, et parce que les calins ça ne suffit pas pour manger, on te donne des sous pour que tu puisses t'en sortir. Dans mon monde, on donne un toit et à manger aux SDF. Dans mon monde, on ne demande pas aux Rachid, Soraya et Karima leurs origines. Dans mon monde, on accueille les gens avec dignité. Dans mon monde on aime les gens pour ce qu'ils sont. Dans mon monde on s'instruit, on s'informe, on est curieux. Dans mon monde les enfants ne sont pas limités par un genre qu'on leur aurait attribué. Dans mon monde les femmes ne se font pas violés, harcelées, mutilées. Dans mon monde, on sauve la planète, on change le système pas le climat. On réfléchit à sa manière de consommer, on achète local, bio, sans déchet. Dans mon monde, les gens sont solidaires et heureux de vivre les uns avec les autres.

Je suis bobo, féministe, écolo, je crois que chacun a une place dans la société, que l'immigration est une chance, que l'égalité entre les hommes et les femmes est fondamentale, que le racisme est une vraie plaie, que si on ne fait pas quelque chose pour la planète on ira droit dans le mur, que TOUT PASSE PAR L'EDUCATION. Je crois à la solidarité, à la bienveillance, aux pensées positives, aux bonnes actions, à la gentillesse, à l'AMOUR

Vous allez me dire que je suis naïve, que le monde ne fonctionne pas comme ça. Je m'en fiche. Je continuerais à être comme ça parce que si tout le monde se met à être un petit peu bienveillant, à aimer un peu plus son prochain, à voir un peu plus le positif, le monde sera meilleur.


3 commentaires:

  1. Très bon article, je m'y retrouve dedans (sur la fin). Bon, qu'est-ce qu'on fait maintenant ?
    On monte un parti alternatif ? On fait la révolution ? Délicat sujet parce qu'il faut pas oublier que si le FN passe c'est qu'une "majorité" de gens aura voté pour lui. Dès lors, si on bouscule tout ça, quid du "libre choix" du peuple ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. On ne pourra pas aller contre la volonté du peuple. S'ils choisissent le FN demain alors on aura des régions FN pendant 6 ans...
      En revanche je vois pas mal de jeunes de ma génération qui en ont marre et qui appellent à la création d'un parti de jeunes citoyens motivés et engagés. Pourquoi pas après tout ?

      Supprimer
  2. Encore faut-il savoir ce que veut le peuple!

    Sincèrement, personne ne peut prétendre connaître la réelle volonté du peuple avec un mode de scrutin aussi peu représentatif et une abstention aussi énorme. Les médias qui disent qu'un tiers de la jeunesse a voté FN alors que ça ne concerne plutôt que 10% des jeunes en France, mais quelle désinformation!
    Avant de parler du comment, pourquoi et qu'est-ce qu'on fait pour changer le monde, faudrait peut-être voir à :
    Primo : rétablir une certaine représentativité(/démocratie), par exemple je sais pas moi, quelques idées en l'air, en sanctionnant très fort les abstentionnistes (comme en Belgique!) et en comptabilisant les votes blancs;
    Deuxio : bouleverser/renouveler la classe politique. Franchement, comme disait Matthieu Longatte de Bonjour Tristesse, ce sont les mêmes gueules politiques que quand on était bébé. Se farcir les mêmes à chaque élection, c'est du foutage du gueule! Pas étonnant que les citoyens, éduqués ou non d'ailleurs, n'aient plus envie de voter pour des Hollande, Fabius, Bertrand, Sarkozy, Chirac et compagnie. Tu dis qu'en 2007 t'étais toute fière de voter pour Royale contre le redoutable Sarkozy, c'était il y a 8 ans, et ils sont toujours là, et rien n'a changé depuis 2002! Place à une relève politique qui sort d'ailleurs que de l'ENA. Merde.

    Voilà, sinon très bon article, malgré les chatons. Tu reparles quand de séries? C'était marrant.

    RépondreSupprimer