jeudi 5 septembre 2013

J'ai vu .... #1

Jeune & Jolie de Ozon.


Bonjour la vision érotico-glamour de la prostitution...


Je suis allée le voir pour de mauvaises raisons. J'avais lu la critique sur Madmoizelle et ensuite j'avais entendu la polémique suite aux propos de Ozon sur la prostitution qui serait un fantasme pour de nombreuses femmes. (HUM). 
J'y suis donc allée par curiosité et avec des a priori (oui je sais c'est mal), plus que motivée par une réelle envie de découvrir le film.
Dès les premières minutes, on découvre Isabelle, une jeune fille de 17 ans en vacances avec ses parents. Elle vit sa première relation sexuelle avec Félix un allemand rencontré sur place. 
On la retrouve quelques mois plus tard à Paris en train de se prostituer. (TADAM) Elle enchaîne les passes, ça va du vieux qui se fait sucer dans la voiture au golden boy qui la baise dans sa chambre d'hôtel. Un jour un client cardiaque claque entre ses cuisses et là tout s'enchaîne, la police, ses parents qui découvrent tout etc. 
Ce film est d'une frustration extrême. Isabelle n'explique rien, JAMAIS. On ne sait pas pourquoi elle fait ça, on finit bien par comprendre que c'est une sorte de fantasme, une façon de se "rebeller" face à sa famille ouverte d'esprit et compréhensive. Une expérience.
Charlotte Rampling le dit bien à la fin du film (dans ce qui est sans aucun doute la scène la plus étrange) : "Moi aussi j'ai déjà pensé à faire payer des hommes pour qu'ils aient le droit de me faire l'amour". OK. 
Je ne juge personne, je m'en fous, chacun fait ce qu'il veut avec sa chatte/sa bite ou tout autre attribut sexuel. Certaines femmes peuvent avoir le fantasme de se faire payer, d'autres non. Et là où ce film me dérange c'est qu'il donne une image très érotique, sensuelle et presque romantique de la prostitution. On parle de prostitution choisie, ce qui doit représenter environ 1% de la réalité de la prostitution et Ozon ne prend même pas la peine d'expliquer ce que c'est. Ce qui aurait été bien c'est que Ozon aille au bout de son idée et fasse dire à ton personnage principal : "Ouais je me prostitue, je suis une femme, libre de mon corps et fuck you". Là RIEN. Et c'est dommage. On a presque envie de dire à Isabelle : "Mais dis leur d'aller se faire mettre si c'est ce que tu veux vraiment !". On reste là comme des cons, comme les gens de son entourage à se demander POURQUOI sans qu'elle ne donne le début d'une explication tangible. 
Ce film ressemble plus à de la branlette intellectuelle pour bobos parisiens qu'autre chose. Pour qu'une certaine élite puisse avoir cette image là de la prostitution. Une jolie image. Pour que certains puissent rêver à des nénettes de 17 ans qui par pure fantasme vont aller se faire payer pour baiser avec des vieux cons dans des palaces.

Ce qui m'a fait rire (jaune) en revanche c'est que la plupart des critiques sur le film parlent de l'incroyable beauté de l'actrice principale, Marine Vacth, comme si avoir une belle actrice suffisait à faire un bon film... Puis je vais jouer l'avocat(e) du diable mais quand j'ai vu Isabelle la première fois dans son petit bikini à la plage je ne me suis pas dit "wahou elle est belle" mais "wahou elle est très maigre". Certains trouveront ça magnifique, moi j'estime que c'est encore une fois véhiculer une image de la beauté qui n'est pas celle de la fille qu'on peut croiser tous les jours dans la rue. 


Isabelle une fille lambda ? VRAIMENT ?

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire